1. Accueil
  2.  → 
  3. Événements
  4.  → Le Colloque Santé mentale desAfricains en France

Le Colloque Santé mentale desAfricains en France

Date

Lundi 20 avril 2020
9h30-18h


Réservez votre place

Email : csmaf2020@gmail.com
Tél. : 01 44 83 03 64
Inscription obligatoire (Places limitées)


Accès

Hôpital Lariboisière
2, rue ambroise Paré – 75010 Paris
Amphithéâtre VIGGO PETERSEN

RER : Gare du Nord (lignes B et D), Magenta (ligne E)
Métro : Gare du Nord (lignes 4 et 5)
Bus : lignes 23, 42, 43, 46, 47, 48, 54

Amphithéâtre VIGGO PETERSEN :

Programme

9H15 : Ouverture

9h30-9h45 : La santé mentale des africains en France. Un nouvel enjeu thérapeutique.
Ferdinand EZEMBE, Dr en Psychologie (Axes Pluriels, Paris)

9h45-10h05 : L’incidence de troubles psychotiques chez les migrants et leurs descendants en France.
Dr Andréa Tortelli, Psychiatre (INSERM)

10h05-10h25 : À propos de l’Atypicité ; Les migrants africains développent-ils des pathologies mentales particulières ?
Dr Berthe LOLO, Psychiatre (Hôpital de Prémontré)

10h25-10h45 : Discussion avec la salle

10h45-11h05 : Pause

11h05-11h25 : Trouble de l’identification et Dysfonctionnements familiaux chez les migrants africains suivis en CMPP.
Dr Dieudonné Dongui, Psychiatre (CMP, Villeneuve la Garrenne)

11h45-12h05 : Vulnérabilité des mères migrantes, la guerres des mondes
Marieme Bâ Sène Dr en psychologie, Psychologue en PMI et mode de garde (Paris) et association CREFI (Centre de Recherche et de Formation à l’Interculturel)

12h05-12h25 : Discussion avec la salle
Modérateur : Emmanuel MALOLO, Dr en Philosophie

12h25-14h : Pause déjeuner

14h-14h20 : Altérité et Culture : Expérience dans une consultation Transculturelle
Idriss Issam, Psycho Anthropologue (Centre Babel, Paris)

14h20-14h40 : Le stress des migrants africains au Canada : Approche thérapeutique.

Yannick Fouda, Psycho Educateur (Montréal)

14h40-15h20 : Le cercle d’émancipation émotionnelle. Modèle thérapeutique pour traiter le stress post traumatique chez les patients noirs.
Ifetayo I. Ojelade, Ph.D. Licensed Psychologist (Atlanta, USA)

15h20-15h30 : Discussion avec la salle

15h30-16h30 : La palabre est-elle une thérapie ?
Pr J.G Bidima, Yvonne Arnoult Chair (Université de Tulane, Nouvelle Orleans, USA)

16h30-17h : Discussion avec la salle
Modérateur : Emmanuel MALOLO, Dr en Philosophie

17h : Clôture

Objectifs du colloque

• Faire l’état des lieux sur la santé mentale des africains sub-sahariens et leurs descendants en France
• Discuter sur les différentes approches thérapeutiques, les facteurs de risques, et de protection
• Confronter les expériences de la prise en charge psychologique des migrants en Europe, aux Etats Unis d’Amérique et au Canada.


 

Présentation

« Santé Mentale des familles africaines en France. »
Etats des lieux et approches thérapeutiques

Très peu d’études épidémiologiques ont été menées sur le rapport entre la migration et la santé mentale concernant les africains subsahariens et leur descendance en France.

Cependant, Amad A (2013), et ses collègues analysant la prévalence des troubles psychotiques en population générale de 18 ans ou plus, sur trois générations, constatent par origine, une prévalence plus importante d’épisodes uniques chez les Africains d’origine subsaharienne et les sujets des DOM1. Dans le même ordre d’idée, Andrea Tortelli (2013) étudiant des taux de premières admissions pour troubles psychotiques, dans les secteurs psychiatriques du 20ème arrondissement sur une période de quatre ans (2005-2009), constate que les sujets Africains d’origine subsaharienne étaient les plus à risque, comparé aux populations maghrébines et aux natifs2. Enfin Julie Panetier analysant les mêmes populations a montré en fonction de leur parcours migratoire, que les femmes développaient des pathologies mentales différentes de celles des hommes3.

Sur un plan sociologique la situation des migrants africains en France reste assez précaire. En dépit pour certains d’un niveau d’éducation élevé. Ils sont très touchés par l’inactivité et le chômage, ils ont des salaires moins élevés que le reste de la population, (inférieur de 15%). Ils sont aussi confrontés à des réelles difficultés d’intégration, obtention d’un titre de séjour, d’un logement, et sont victimes de discriminations à l’embauche, contrôles policiers fréquents etc… Peut-on établir un lien entre ces situations de stress psychosocial et le risque élevé de psychose observé dans les études ?


 

1 Amad, A., Guardia, D., Salleron, J., Thomas, P., Roelandt, J. L. and Vaiva, G. (2013) ‘Increased prevalence of psychotic disorders among third-generation migrants: results from the French Mental Health in General Population survey’, Schizophrenia research, 147(1), 193-5.

2 Tortelli, A., Morgan, C., Szoke, A., Nascimento, A., Skurnik, N., de Caussade, E. M., Fain-Donabedian, E., Fridja, F., Henry, M., Ezembe, F. and Murray, R. M. (2014) ‘Different rates of first admissions for psychosis in migrant groups in Paris’, Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 49(7), 1103-9.

3 Pannetier, J., Lerta, F., Jauffret Roustideb, M., Desgrées du Loû, A. ‘Mental health of sub-saharan african migrants: The gendered role of migration paths and transnational ties’, SMS- Population Health. 3 2017

4 Pannetier, J. (2018) « Liens transnationaux et santé mentale : de la nécessité du Lien entre ici et là-bas ? Le cas des migrations africaines en île-de-france » Revue européenne des migrations internationales /2 Vol. 34 | pages 79 à 99